Olivier Piguet

Olivier Piguet

Direction lors du Requiem du 1er mai : Domine Jesu et Hostias

Après son brevet à l’Ecole Normale de Lausanne et quelques années d’enseignement, c’est en chantant au Chœur Pro Arte de Lausanne, avec André Charlet, qu’Olivier Piguet décide d’entreprendre des études pour l’enseignement de la musique et de direction.

Il codirige puis reprend les rênes de l’Ensemble Vocal BIS en 1986, qu’il mène encore aujourd’hui ; et c’est en 1996 qu’il produit, avec le « Requiem » de Fauré, son premier concert à la tête du Chœur des Gymnases Lausannois, institution qu’il dirige encore.

C’est avec ces deux formations vocales et une troisième, « S’Otto Voce », ensemble de douze chanteuses et chanteurs, qu’il va réaliser la plupart de ses projets.

Son répertoire va de la Passion selon Jean l’évangéliste de J.S. Bach à la comédie musicale en création « Frankenstein », sur une musique de S. Romanowski, en passant par les grandes œuvres du répertoire d’oratorio comme le « Messie » de G.F. Haendel, le « Stabat Mater » d’A. Dvorak, le « Gloria » de F. Poulenc ou encore le « Deutsches Requiem » de J. Brahms et la « Berliner Messe » d’A. Pärt. Ses nombreuses productions se réalisent de Lausanne à Romainmôtier, de Payerne à Moudon, mais aussi en Allemagne, en France et Catalogne.

Son attrait pour la musique d’aujourd’hui l’amène à créer plusieurs partitions : de Nicolaï Schlup, l’oratorio « Amour et Psyché », de François Margot, l’opéra « Le Monde Bis », Blaise Mettraux, « Les Sept Paroles du Christ en Croix » et la « Messe de chambre », Michel Oguey « Les Cerises du Vallon de Gueuroz », Richard Rentsch « Requiem ».

Enfin, il ne boude pas des prestations en d’autres configurations, dans l’accompagnement ou l’arrangement, ou encore comme le duo – avec son ami Yvan Barbay – pour un tour de chant « L’autre Grand Jacques », avec des textes et musiques de Jacques Debronckart.